Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

échapée à Maio

Publié le par Christelle Poletto

Pour la seconde fois, nous avons rejoint Maio, pour le week-end. Petite île de cinq mille habitants, peu fréquentée par les touristes, délaissée pour ses grandes soeurs Sal et Boa Vista. Nous apprécions vraiment cette île, son joli village, les immenses plages et l'eau turquoise, ses côtes sauvages. Les habitants, faciles de contact, désireux de partager quelques mots. Le dimanche, quelques jeunes hommes ont rejoint la crique où nous passions quelques heures, avant le retour. Ravis d'offrir du grog, des chips de bananes aux enfants, ils nous invitaient cordialement à partager une gamelle de poisson, au feu de bois, que l'horaire du bateau ne nous aura pas permis de savourer. Assurant cordialement que des Européens épousent leur belle île, mais "ka ten problem", toutes les nationalités sont bienvenues...Soulignant l'égalité des peuples... à bon entendeur....!
Pour la seconde fois, nous avons rejoint Maio, pour le week-end. Petite île de cinq mille habitants, peu fréquentée par les touristes, délaissée pour ses grandes soeurs Sal et Boa Vista. Nous apprécions vraiment cette île, son joli village, les immenses plages et l'eau turquoise, ses côtes sauvages. Les habitants, faciles de contact, désireux de partager quelques mots. Le dimanche, quelques jeunes hommes ont rejoint la crique où nous passions quelques heures, avant le retour. Ravis d'offrir du grog, des chips de bananes aux enfants, ils nous invitaient cordialement à partager une gamelle de poisson, au feu de bois, que l'horaire du bateau ne nous aura pas permis de savourer. Assurant cordialement que des Européens épousent leur belle île, mais "ka ten problem", toutes les nationalités sont bienvenues...Soulignant l'égalité des peuples... à bon entendeur....!
Pour la seconde fois, nous avons rejoint Maio, pour le week-end. Petite île de cinq mille habitants, peu fréquentée par les touristes, délaissée pour ses grandes soeurs Sal et Boa Vista. Nous apprécions vraiment cette île, son joli village, les immenses plages et l'eau turquoise, ses côtes sauvages. Les habitants, faciles de contact, désireux de partager quelques mots. Le dimanche, quelques jeunes hommes ont rejoint la crique où nous passions quelques heures, avant le retour. Ravis d'offrir du grog, des chips de bananes aux enfants, ils nous invitaient cordialement à partager une gamelle de poisson, au feu de bois, que l'horaire du bateau ne nous aura pas permis de savourer. Assurant cordialement que des Européens épousent leur belle île, mais "ka ten problem", toutes les nationalités sont bienvenues...Soulignant l'égalité des peuples... à bon entendeur....!
Pour la seconde fois, nous avons rejoint Maio, pour le week-end. Petite île de cinq mille habitants, peu fréquentée par les touristes, délaissée pour ses grandes soeurs Sal et Boa Vista. Nous apprécions vraiment cette île, son joli village, les immenses plages et l'eau turquoise, ses côtes sauvages. Les habitants, faciles de contact, désireux de partager quelques mots. Le dimanche, quelques jeunes hommes ont rejoint la crique où nous passions quelques heures, avant le retour. Ravis d'offrir du grog, des chips de bananes aux enfants, ils nous invitaient cordialement à partager une gamelle de poisson, au feu de bois, que l'horaire du bateau ne nous aura pas permis de savourer. Assurant cordialement que des Européens épousent leur belle île, mais "ka ten problem", toutes les nationalités sont bienvenues...Soulignant l'égalité des peuples... à bon entendeur....!
Pour la seconde fois, nous avons rejoint Maio, pour le week-end. Petite île de cinq mille habitants, peu fréquentée par les touristes, délaissée pour ses grandes soeurs Sal et Boa Vista. Nous apprécions vraiment cette île, son joli village, les immenses plages et l'eau turquoise, ses côtes sauvages. Les habitants, faciles de contact, désireux de partager quelques mots. Le dimanche, quelques jeunes hommes ont rejoint la crique où nous passions quelques heures, avant le retour. Ravis d'offrir du grog, des chips de bananes aux enfants, ils nous invitaient cordialement à partager une gamelle de poisson, au feu de bois, que l'horaire du bateau ne nous aura pas permis de savourer. Assurant cordialement que des Européens épousent leur belle île, mais "ka ten problem", toutes les nationalités sont bienvenues...Soulignant l'égalité des peuples... à bon entendeur....!
Pour la seconde fois, nous avons rejoint Maio, pour le week-end. Petite île de cinq mille habitants, peu fréquentée par les touristes, délaissée pour ses grandes soeurs Sal et Boa Vista. Nous apprécions vraiment cette île, son joli village, les immenses plages et l'eau turquoise, ses côtes sauvages. Les habitants, faciles de contact, désireux de partager quelques mots. Le dimanche, quelques jeunes hommes ont rejoint la crique où nous passions quelques heures, avant le retour. Ravis d'offrir du grog, des chips de bananes aux enfants, ils nous invitaient cordialement à partager une gamelle de poisson, au feu de bois, que l'horaire du bateau ne nous aura pas permis de savourer. Assurant cordialement que des Européens épousent leur belle île, mais "ka ten problem", toutes les nationalités sont bienvenues...Soulignant l'égalité des peuples... à bon entendeur....!
Pour la seconde fois, nous avons rejoint Maio, pour le week-end. Petite île de cinq mille habitants, peu fréquentée par les touristes, délaissée pour ses grandes soeurs Sal et Boa Vista. Nous apprécions vraiment cette île, son joli village, les immenses plages et l'eau turquoise, ses côtes sauvages. Les habitants, faciles de contact, désireux de partager quelques mots. Le dimanche, quelques jeunes hommes ont rejoint la crique où nous passions quelques heures, avant le retour. Ravis d'offrir du grog, des chips de bananes aux enfants, ils nous invitaient cordialement à partager une gamelle de poisson, au feu de bois, que l'horaire du bateau ne nous aura pas permis de savourer. Assurant cordialement que des Européens épousent leur belle île, mais "ka ten problem", toutes les nationalités sont bienvenues...Soulignant l'égalité des peuples... à bon entendeur....!
Pour la seconde fois, nous avons rejoint Maio, pour le week-end. Petite île de cinq mille habitants, peu fréquentée par les touristes, délaissée pour ses grandes soeurs Sal et Boa Vista. Nous apprécions vraiment cette île, son joli village, les immenses plages et l'eau turquoise, ses côtes sauvages. Les habitants, faciles de contact, désireux de partager quelques mots. Le dimanche, quelques jeunes hommes ont rejoint la crique où nous passions quelques heures, avant le retour. Ravis d'offrir du grog, des chips de bananes aux enfants, ils nous invitaient cordialement à partager une gamelle de poisson, au feu de bois, que l'horaire du bateau ne nous aura pas permis de savourer. Assurant cordialement que des Européens épousent leur belle île, mais "ka ten problem", toutes les nationalités sont bienvenues...Soulignant l'égalité des peuples... à bon entendeur....!
Pour la seconde fois, nous avons rejoint Maio, pour le week-end. Petite île de cinq mille habitants, peu fréquentée par les touristes, délaissée pour ses grandes soeurs Sal et Boa Vista. Nous apprécions vraiment cette île, son joli village, les immenses plages et l'eau turquoise, ses côtes sauvages. Les habitants, faciles de contact, désireux de partager quelques mots. Le dimanche, quelques jeunes hommes ont rejoint la crique où nous passions quelques heures, avant le retour. Ravis d'offrir du grog, des chips de bananes aux enfants, ils nous invitaient cordialement à partager une gamelle de poisson, au feu de bois, que l'horaire du bateau ne nous aura pas permis de savourer. Assurant cordialement que des Européens épousent leur belle île, mais "ka ten problem", toutes les nationalités sont bienvenues...Soulignant l'égalité des peuples... à bon entendeur....!
Pour la seconde fois, nous avons rejoint Maio, pour le week-end. Petite île de cinq mille habitants, peu fréquentée par les touristes, délaissée pour ses grandes soeurs Sal et Boa Vista. Nous apprécions vraiment cette île, son joli village, les immenses plages et l'eau turquoise, ses côtes sauvages. Les habitants, faciles de contact, désireux de partager quelques mots. Le dimanche, quelques jeunes hommes ont rejoint la crique où nous passions quelques heures, avant le retour. Ravis d'offrir du grog, des chips de bananes aux enfants, ils nous invitaient cordialement à partager une gamelle de poisson, au feu de bois, que l'horaire du bateau ne nous aura pas permis de savourer. Assurant cordialement que des Européens épousent leur belle île, mais "ka ten problem", toutes les nationalités sont bienvenues...Soulignant l'égalité des peuples... à bon entendeur....!
Pour la seconde fois, nous avons rejoint Maio, pour le week-end. Petite île de cinq mille habitants, peu fréquentée par les touristes, délaissée pour ses grandes soeurs Sal et Boa Vista. Nous apprécions vraiment cette île, son joli village, les immenses plages et l'eau turquoise, ses côtes sauvages. Les habitants, faciles de contact, désireux de partager quelques mots. Le dimanche, quelques jeunes hommes ont rejoint la crique où nous passions quelques heures, avant le retour. Ravis d'offrir du grog, des chips de bananes aux enfants, ils nous invitaient cordialement à partager une gamelle de poisson, au feu de bois, que l'horaire du bateau ne nous aura pas permis de savourer. Assurant cordialement que des Européens épousent leur belle île, mais "ka ten problem", toutes les nationalités sont bienvenues...Soulignant l'égalité des peuples... à bon entendeur....!

Pour la seconde fois, nous avons rejoint Maio, pour le week-end. Petite île de cinq mille habitants, peu fréquentée par les touristes, délaissée pour ses grandes soeurs Sal et Boa Vista. Nous apprécions vraiment cette île, son joli village, les immenses plages et l'eau turquoise, ses côtes sauvages. Les habitants, faciles de contact, désireux de partager quelques mots. Le dimanche, quelques jeunes hommes ont rejoint la crique où nous passions quelques heures, avant le retour. Ravis d'offrir du grog, des chips de bananes aux enfants, ils nous invitaient cordialement à partager une gamelle de poisson, au feu de bois, que l'horaire du bateau ne nous aura pas permis de savourer. Assurant cordialement que des Européens épousent leur belle île, mais "ka ten problem", toutes les nationalités sont bienvenues...Soulignant l'égalité des peuples... à bon entendeur....!