Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Balade à l'intérieur

Publié le par Christelle Poletto

Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.
Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.

Courant mars, on est parti une journée à l'intérieur de l'île avec Raimundo, notre prof de créole. On est allé chez un de ses amis, tisserand de pagnes. La production est quasiment inexistante à présent, l'île ne produit plus du tout de coton et les tissus importés sont bien meilleur marché. Mais Antonio s'applique à transmettre son savoir-faire à de jeunes apprentis et produit encore un peu des pagnes, vendus parfois sur le marché de Tarrafal. Une belle descente, et le retour, pour rejoindre son village, au creux d'une vallée. Antonio nous a accueilli chaleureusement, autour d'une magnifique cachupa et les heures ont coulé paisiblement en sa compagnie, dans ce hameau perdu.